Quels sont les différents modes de garde ?

À un moment ou à un autre de leur vie, les parents sont confrontés au problème de la garde de leurs enfants. Quand ils sont très jeunes, leurs parents ne savent pas vraiment à quel saint se vouer. Ils ont très souvent l’embarras du choix, et se posent de nombreuses questions en ce qui concerne le choix du mode de garde de l’enfant. La crèche, l’assistance à domicile, la fille au pair … nous vous présentons ici les différents modes de garde.

Les structures de garde collectives

Il s’agit de structures instituées par les autorités communales à travers des programmes d’aide à la communauté. Ce sont des institutions mises en place afin d’accueillir collectivement de jeunes enfants qui peuvent revêtir le statut d’association, de mutuelle ou d’entreprise. Il s’agit de la crèche d’entreprise, parentale, etc. Elles s’occupent de nourrissons jusqu’à leurs six ans ou jusqu’à leur entrée en maternelle. Pour les parents, ces modes de garde sont relativement moins chers grâce aux barèmes tarifaires de la caisse nationale d’allocations familiales.

Les crèches d’entreprise

La crèche d’entreprise peut être privée, d’administration publique, d’hôpitaux, etc. Ces types de crèches sont établis afin de faciliter la vie aux personnels. Elles reçoivent leurs enfants afin de garantir la disponibilité et l’efficacité des parents. Ces divisions doivent se conformer à certaines contraintes légales. Il s’agit d’un accord des services de protection infantile et maternelle (PMI) et d’une autorisation d’exercer délivrée par l’autorité départementale en la personne du président de son conseil. Elles sont gérées par l’entreprise elle-même ou par un organisme spécialisé.

 Les crèches communales

Comme la crèche d’entreprise, elles sont créées par décisions départementales ou par une initiative privée. À sa tête, une directrice spécialisée dans le bien-être de la petite enfance avec un diplôme étatique de puériculture ou d’infirmerie. Elle dirige une équipe professionnelle d’auxiliaire et d’éducateur de puériculture. De plus, pour une meilleure prise en charge, chacun d’eux ne prend en charge que cinq enfants au plus. Par ailleurs, les crèches collectives reçoivent les enfants de deux à trente-six mois. Les parents viennent confier et récupérer leurs bébés conformément à des horaires précis. Si vous souhaitez opter pour ce mode, vous n’aurez qu’à vous rendre auprès de la crèche ciblée et y inscrire votre enfant. Notons que les jardins petits âge et les crèches collectives sont souvent assimilés.

Les crèches familiales

Elles sont chapeautées par un médecin, un directeur, directrice ou un éducateur formé pour la petite enfance. Il s’agit d’un regroupement d’assistantes en puériculture qui reçoivent entre un à quatre enfants au plus à leur domicile. Ces femmes sont agréées par les autorités départementales de tutelle et s’engagent par contrat auprès des parents concernés. Ainsi, deux à trois fois chaque semaine, elles accueillent les enfants et leur proposent des jeux ou programmes d’éveil social et culturel. À l’instar de la crèche d’entreprise, le principal avantage de ce mode est que les horaires sont plus flexibles que celle imposée en crèche collective.

Les crèches parentales

La particularité de ce mode est qu’il est créé et géré par un collège de parents. Ces derniers, en plus d’employer des spécialistes, s’impliquent également en se relayant pour s’occuper des enfants. À sa tête, se trouve une directrice qui s’assure des repas, des jeux et des soins à apporter à chacun de ses petits. Notons que ces crèches parentales ne peuvent accueillir plus de vingt pensionnaires. Par ailleurs, ces initiatives sont soumises à un certain nombre de normes de sécurité et d’hygiène.

Si vous souhaitez avoir recours à l’une de ces options de garde commune, la mairie de votre arrondissement ou commune vous fournira toutes les informations nécessaires ainsi que les modalités de prix optionnels. Le principal avantage des organismes d’accueil collectifs est qu’elles préparent les plus petits à la vie en société notamment l’école. Par ailleurs, outre les intervenants habituels, des psychomotriciens et des psychologues sont parfois mis à contribution.

 Les options individuelles

Il s’agit entre autres d’une assistante maternelle, d’une nounou ou baby-sitter.

 La baby-sitter à domicile

Dans les faits, il peut s’agir d’une nounou, d’une jeune fille ou mamie au pair. Ce mode est grandement apprécié. En effet, elle permet à cette dernière de se concentrer sur votre enfant et dans l’environnement qui lui est le plus familier. Cette personne s’occupe de lui apporter tous les soins dont il a besoin. De plus, les horaires d’une nounou sont plus souples et peuvent s’adapter à vos programmes.

Par ailleurs, en cas d’imprévus ou d’impératifs nocturnes, votre nounou pourra vous dépanner. Le plus difficile est souvent de trouver la personne idéale. Ainsi, pour la choisir, vous pouvez contacter les structures agréées qui proposent des services de babysitting. Ces derniers vous aideront à sélectionner la meilleure candidate en prenant en compte vos exigences. En outre, elles se portent garantes de la bonne conduite de l’employé en question.

Pour le tarif mensuel, il est supérieur ou égal au SMIC chiffré à 1498,47 euros pour un maximum de cent quarante heures de travail. Comparé au tarif d’une crèche d’entreprise, ce mode de garde semble être plus accommodant pour certains parents.

L’assistante maternelle

Elle est rémunérée par les parents qui l’emploient et reçoit à son domicile aux plus quatre enfants. Elle est engagée sous un contrat qui stipule les horaires, la paie, les modalités de garde ainsi que la durée de cet engagement. Par ailleurs, les tarifs varient entre 20 et 30 euros la journée. Le principal avantage est que votre enfant bénéficie du savoir-faire d’une professionnelle aguerrie.

Source: blog-grossesse.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *